CREDIREC, branche d’ACOFI.

En 2005, on trouvait ceci sur le site de Credirec (crédo retiré ou déplacé depuis) :

« Spécialisée dans l’acquisition et la gestion des créances civiles, Credirec place le respect des règles déontologiques et le souci de préserver l’image des créanciers d’origine au cœur de son processus de recouvrement ».

Le 13 avril, j’avais trouvé cette information sur ce lien désormais mort :
www.anglenet.net/archives/bbs/images/Communique_Presse_Credirec.pdf

Je l’avais alors archivé, par précaution :

COMMUNIQUE DE PRESSE :
Credirec, spécialiste français de la gestion de créances bancaires, renforce sa capacité de développement en réorganisant son tour de table
Paris, le 4 mai 2006
CREDIREC, créé en 1993 par ACOFI, est devenu un des leaders français reconnu dans le domaine de l’acquisition et la gestion de créances compromises d’origine principalement bancaire.
Le management de CREDIREC a organisé en association avec les fonds d’investissement
Capzanine, Axa Private Equity et Ofi Private Equity la reprise du groupe CREDIREC auprès de ses actionnaires ACOFI et le fonds d’investissement BBS CAPITAL.
A l’issue de cette opération, le management détient près de 20% du capital.
Afin de renforcer les moyens financiers et opérationnels de l’entreprise et accompagner la croissance de l’activité d’acquisition et de titrisation de créances, la banque KBC met à la disposition de l’entreprise une ligne de crédit revolving de près de 20 M€.
CREDIREC, conduit par Nathalie LAMEYRE (Président) et Matthieu DELAVENNE
(Directeur Général), conforte ainsi sa position d’acteur indépendant sur le marché.
Répartis sur 3 sites (Paris, Nantes et Pau), les 220 salariés du Groupe, traitent chaque année un volume en valeur faciale de plus de 500 M€ de créances et réalisent un chiffre d’affaires de près de 25 M €.

La gérante Nathalie LAMEYRE, qui est représentante et garante de la déontologie de la profession (sic) au travers de la FIGEC (Fédération nationale de l’information d’entreprises et de la gestion de créances) très liée au GFII (Groupement Français de l’Industrie de l’Information) dont le Directeur Emmanuel Texier est un des directeurs de la COFACE… qui est membre fondateur de… la FIGEC !

Préserver les apparences :

De décembre 2004 à septembre 2006, ACOFI n’hésitait pas à afficher la filiation directe de CREDIREC sur la page listant les managers dans le trombinoscope de son site Internet :

ACOFI - Website de Décembre 2004 à Octobre 2006 - Managers

ACOFI - Website de Décembre 2004 à Octobre 2006 - Managers

… filiation qui disparaissait définitivement en octobre 2006 :

ACOFI - Page Manager - Octobre 2006

ACOFI - Page Manager - Octobre 2006

La réputation et les centaines de témoignages accablants concernant les méthodes de l’entreprise CREDIREC sur tous les sites de défenses des consommateurs et à longueur de pages Web arrivant en tête des référencements Internet, il convenait sans doute de ne plus mélanger torchons et serviettes afin de préserver l’Image d’ACOFI… sans que pour autant, bien sur, rien ne change sur le fond.

•••••••••••••••••••••••••••••••••

Le GFII :

Le Portail de l’Information Numérique Professionnel a établi des règles de conduite de ses adhérents dans un Code de Déontologie.

On peut supposer que cet organisme diffuse des informations exactes sur ses propres sites internet, alors M. Emmanuel TEXIER est le Directeur et l’ancien Trésorier de ce GFII, et il est également Vice-Président de la FIGEC (Fédération nationale de l’information d’entreprises et de la gestion de créances), organisation ayant pour Présidente, Nathalie Lameyre, elle-même par ailleurs (et sans doute par le plus grand des hasards), Directrice Générale de la nébuleuse CREDIREC (Renseignements Juridiques) dont les agents se comportent très mal comme désormais nous le savons tous.

Voici donc un extrait de cette charte qui peut arracher un douloureux sourire
(NDLR : les caractères en gras sont de mon fait):

Je cite :

Composition:
Le Comité est composé de trois personnalités choisies en raison de leur compétence et de leur indépendance.

Désignation:
Les membres du Comité de Déontologie sont désignés par le Conseil d’administration du GFII. La désignation est faite pour une durée de trois années à compter de la date de désignation.

Organisation:
Le Comité de Déontologie désigne son Président et adopte son règlement intérieur par approbation du Conseil d’administration du GFII.

Décision:
A l’issue de l’instruction, le Comité émet des recommandations par une décision motivée, dont la teneur est rendue publique au sein du Groupement. Sa décision s’impose aux professionnels qui doivent se mettre en conformité avec le présent code et lui en justifier dans des délais prescrits. A l’issue de la procédure, le Comité peut proposer au Conseil d’administration du GFII l’exclusion d’un membre.

Voici maintenant d’autres morceaux choisis de ce code qui devrait être gravé dans le marbre du siège de cette organisation (la lecture intégrale est encore plus enrichissante) :

[…] Les nouveaux métiers et les nouveaux acteurs liés à l’industrie de l’information doivent pouvoir se référer à des définitions et à des usages reconnus licites pour conforter la pertinence et la crédibilité des informations diffusées, […]

[…] Jamais, dans ces conditions, un code de déontologie n’aura été plus important, puisque dans ce domaine en plein développement il permet de fixer quelques grandes règles de principe, qu’il sera nécessaire d’adapter et de préciser au fil des évolutions. En effet, une prise de conscience de la situation et de la responsabilité positive qui pèse sur les professionnels devra permettre d’éviter les écueils d’une trop grande liberté. […]

[…] C’est dans ce contexte que le Groupement Français de l’Industrie de l’Information (GFII), lieu de rencontre, d’échange, de réflexion et force de proposition, a estimé nécessaire de définir des principes éthiques qui puissent servir de référence à tous les professionnels de l’industrie de l’information électronique […]

[…] L’adhésion à un tel code de déontologie montre que les organismes adhérents sont dignes de confiance, puisqu’ils se sont engagés à respecter ces dispositions, non seulement entre membres de la même profession, mais aussi à l’égard des autres professions, ainsi qu’à assurer la transparence des services offerts aux différents utilisateurs.[…]

[…] Ces dispositions reposent sur le respect mutuel, l’intégrité, la loyauté, la confidentialité, la responsabilité, la compétence professionnelle, le respect des sources.[…]

[…] Ce code, établi dans le respect des lois et règlements en vigueur, ainsi que dans le respect de l’ordre public et des bonnes moeurs,[…]

[…] Un tel code constituera une base appropriée à la définition des relations, à la gestion préventive et à la solution des litiges […]

[…] L’adhésion au Groupement Français de l’Industrie de l’Information impose à l’organisme ou à la société de s’engager au respect des dispositions prévues dans le présent code et à se soumettre, si nécessaire, au dispositif de contrôle prévu.
En contrepartie de cet engagement, et de son respect, le professionnel pourra mentionner sa qualité d’adhérent au code de déontologie GFII, au moyen d’un sceau.[…]

Confidentialité:
[…] L’utilisateur doit être assuré de la confidentialité de ses transactions et de ses démarches administratives, le professionnel s’engageant à ne pas les divulguer et à respecter la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, de même qu’à respecter la vie privée des utilisateurs. […]

[…] 4.1. Adhésion
L’adhésion au présent code est réservée aux membres du GFII, qui en devenant membres de l’association s’engagent à respecter ses principes déontologiques et à se soumettre si nécessaire à la procédure de résolution des litiges mise en place par le Comité de Déontologie. […]

[…] 4.3. Perte de la qualité de membre du GFII
La qualité de membre du GFII se perd par le non renouvellement de l’adhésion ou par le retrait pour manquement au Code constaté par décision du Comité de Déontologie. […]

[…] 4.5. Réclamations
Un utilisateur ou autre professionnel de l’industrie de l’information jugeant qu’un membre du GFII ne respecte pas le code peut déposer une réclamation motivée à partir du site web du GFII ou par courrier.
Cette réclamation sera examinée par le Comité de Déontologie
, qui lui en accuse réception. […]

Depuis des années, on peut lire partout sur Internet comme dans la presse écrite, que des atteintes innombrables sont faîte à ce Code de Déontologie par la Société CREDIREC… de Nathalie Lameyre.

Mais les Spécialistes du Renseignement sont sans doute mal informés…

La présidente de la FIGEC et de CREDIREC SERVICE est à l’évidence JUGE et PARTIE concernant le débat sur les méthodes « musclées » enseignées à son personnel.

•••••••••••••••••••••••••••••••••

La COFACE :

Le portail de l’information Numérique Professionnel du GFII nous en parle

COFACE SERVICES
Coface Services, l’une des principales filiales de Coface en France, a été créé le 1er janvier 2006 en réunissant les compétences et les expertises de Coface Scrl et de Coface Ort. Avec plus de 850 spécialistes et une base de données de plus de 6 millions d’entreprises (certifié ISO), Coface Services est le N°1 de l’information d’entreprise et de la gestion de créances en France.

En partenariat avec l’INPI, elle tient et distribue le Registre National du Commerce et des Sociétés / Euridile.
Coface Services est membre fondateur des organisations professionnelles FIGEC et FEBIS.

Focus :
La très sérieuse COFACE SERVICE est membre fondateur de la FIGEC.
Madame Nathalie Lameyre est Présidente de la FIGEC, mais aussi, et (entr’autres) de CREDIREC SERVICE (Renseignement Juridique) dont le personnel est animé d’un zèle qui ne fait aucun cas de la déontologie et de l’éthique revendiquée à tous les étages de ces entités fort respectables.
Monsieur Emmanuel TEXIER qui est Vice-Président de la FIGEC a un poste de direction au GFII et aussi de Directeur de Production de COFACE SERVICE.

…et la boucle est bouclée.

•••••••••••••••••••••••••••••••••

La FIGEC :

Sur ce compte rendu de l’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA FIGEC datant de décembre 2000…

FIGEC Compte rendu

FIGEC Compte rendu

…on peut lire que Sophie NERBONNE et donc la CNIL sont assises depuis un bail à la même table que Nathalie LAMEYRE (Présidente de la FIGEC et Gérante de CREDIREC), sans que cela n’ait modifié en aucune façon les pratiques douteuses de la Société CREDIREC, et ceci depuis plus de 10 ans !

FIGEC - Composition du bureau

FIGEC - Composition du bureau

Comment s’en étonner ?

L’évidence de tous ces copinages et voisinages équivoques, du lobbying et du noyautage qui en ressort est… renversante.

Qu'en pensez vous?