Lorsque l’on reçoit un appel téléphonique d’une officine de recouvrement, le plus sage est d’écourter cette intrusion désagréable en quelques secondes, en raccrochant… tout simplement et en l’oubliant aussitôt.
Aucun dossier de ce type ne peut et ne doit se régler par téléphone.
Si la créance est réelle, le débiteur a toujours le loisir de traiter le règlement de sa dette directement avec le créancier sans passer par l’intermédiaire parasite qu’est la Société de Recouvrement.

L’intervention téléphonique est toujours une tentative de manipulation visant à obtenir volontairement de la part de la personne visée un engagement ou des informations qu’elle ne donnerait pas si elle prenait le temps de s’informer de ses droits comme de ses devoirs et d’y réfléchir sereinement.
Ces raids téléphoniques, les lettres simples et les télégrammes téléphonés qui l’accompagnent n’ont rien d’une « démarche amiable » comme le prétend en général le mielleux téléopérateur qui passera rapidement de la tonalité faussement conciliante et bonhomme à la menace explicite, mais cousue de fils blancs.
Il n’y a aucune amabilité, ni volonté d’arrondir les angles dans ces procédés où la fin justifie toujours les moyens employés.
N’en doutez jamais.

L’autre posture - plus sportive - que l’on peut avoir face à ces agressions, est de chasser le chasseur et avoir l’insigne satisfaction de le prendre en flagrant délit de mensonges, c’est-à-dire dans le plein exercice de sa besogne cynique et détestable…

Comment ?… Et bien en enregistrant la conversation ! ;)

Qu'en pensez vous?