Il serait temps…

L’association d’aide contre les abus bancaires (Aacab) tente, depuis des mois, de croiser le fer au tribunal avec des organismes de crédits et une société de recouvrement. Elle lui reproche ses méthodes «particulières» et le manque de transparence dans ses démarches.

Nous sommes en 2005. Un habitant du Nord-Finistère reçoit un appel téléphonique de CrédirecFinance, société créée en 1993 et spécialisée dans le recouvrement de créances (22,8M€ de chiffre d’affaires en 2006. 300.000 dossiers traités). On lui demande de régler les dettes de son père qui réside en maison de retraite. Soit 15.000€ à débourser sous 48heures! Cette somme correspondant à des mensualités non remboursées d’un prêt contracté en… 1990. «J’ai immédiatement demandé un justificatif de créance. Comme ils ont été dans l’incapacité de m’en procurer un, j’ai refusé de leur verser le moindre centime». Les mois ont passé. La société de recouvrement n’a pas baissé les bras. «On a reçu une mise en demeure de payer. Puis les conseillers nous ont téléphoné directement. À notre domicile, puis sur notre lieu de travail. On n’en pouvait plus».La suite est ICI

Qu'en pensez vous?